Création de l’École Camerounaise d’Administration (ECA) avec pour missions la formation et le perfectionnement des fonctionnaires.

Ouverture d’un cycle spécial pour préparer les candidats originaires des régions insuffisamment scolarisées de l’ex-Cameroun oriental aux épreuves des concours d’entrée aux cycles normaux.

C réation d’un cycle préparatoire pour préparer les candidats anglophones de l’ex-Cameroun occidental aux épreuves des concours d’entrée aux cycles A et B.

Changement de dénomination: l’ECA devient L’ENAM (École Nationale d’Administration et de Magistrature) avec pour mission d’assurer la formation des personnels des services civils et financiers de l’État ainsi que celle des magistrats de l’ordre judiciaire.

Réorganisation de l’ENAM : formation et perfectionnement des fonctionnaires et des magistrats camerounais, organisation du cycle spécial et du cycle préparatoire.

Création du Centre National d’Administration et de Magistrature (CENAM), comprenant trois établissements de formation spécialisés :

  • l’ENAM, chargée de la formation des hauts fonctionnaires des services civils et financiers ; et des magistrats.
  • l’ISMP (Institut Supérieur de Management Public), chargé du perfectionnement des hauts cadres dans le domaine du management public.
  • l’ITAF (Institut des Techniques Administratives et Financières), chargé de la formation des personnels civils et financiers de l’État de la catégorie B et des greffiers.

 

Réouverture des cycles A et B pour la formation des personnels des services civils et financiers de l’État ainsi que des magistrats de l’ordre judiciaire. L’ENAM est également dotée d’un centre de recherche et de documentation pour les problèmes concernant l’Administration.

Décret (N° 2005/154 du 06 mai) portant Organisation de l’École Nationale d’Administration et de Magistrature

Ouverture de l’admission à la division judiciaire de l’ENAM aux diplômés en Informatique et en sciences économiques de l’enseignement supérieur

Ouverture de l’admission à la division de la Magistrature et des Greffes aux diplômés en Informatique et en Sciences Economiques de l’Enseignement supérieur.